top of page

La balade Paris 6 & 7

Les dates :
Le samedi 7/9/2024 à 15:00
Le dimanche 8/9/2024 à 15:00

Le samedi  21/9/2024 à 15:00

Le dimanche 22/9/2024 à 15:00​

Lieu de rendez vous 

La biographie du conférencier Jérémie NI

Le parcours

1. Pagode de Cinéma 

Bien que fermé depuis quelques années, le cinéma La Pagode s'est fait une place dans le folklore des adresses mythiques parisiennes. Ce cinéma d'art et d'essai était notamment connu pour son architecture insolite inspirée du Japon : sa façade, ses toitures et la grande salle font d'ailleurs l'objet d'une classification aux monuments historiques et son jardin de son côté y était inscrit. Construite en 1896 par l'architecte Alexandre Marcel, c'était à l'origine un cadeau de François-Émile Morin, directeur du Bon Marché, pour son épouse. 

 

C'est en 1931 que La Pagode devient un cinéma ouvert au public et il était d'ailleurs le seul du 7ème arrondissement. En 2015, l'adresse ferme ses portes pour travaux. Il est racheté 2 ans plus tard par Charles S. Cohen, prometteur immobilier américain, qui aurait l'intention de faire rouvrir ce cinéma. 

Seulement voilà à l'issue du confinement, une polémique éclate au sein de ce quartier parisien. Le 11 mai 2020, les arbres du jardin inscrit aux monuments historiques sont abattus, parmi lesquels l'hêtre pleureur qui s'y trouvait depuis le début, le gingko biloba qui avait été planté en 1990, ainsi que le marronnier. Un fait qui aura déclenché la colère des riverains ainsi que des associations de protection de l'environnement.

2. L'histoire de Lao Tseu et la gastronomie chinoise

Devant le restaurant Lao Tseu, au croisement du Boulevard de Saint Germain et du Boulevard de Raspail, ce restaurant chinois de haut standing porte un nom particulier : Lao Tseu !

 

Lao Tseu (ou Laozi, vers 500 avant J.C) est un philosophe chinois à qui l'on attribue la fondation du système philosophique du Taoïsme. Il est surtout connu comme l'auteur du Laozi (plus tard renommé Dao De Jing, 'Le Classique de la Voie et de la Vertu'), l'œuvre qui illustre sa pensée.

 

Une courte présentation sera faite autour de la gastronomie chinoise : La cuisine chinoise est riche et diversifiée, variant en style et en goût d'une région à l'autre. Il y a essentiellement 8 grandes cuisines régionales, en fonction de leur situation géographique. Il s'agit de : Anhui, Fujian, Guangdong, Hunan, Jiangsu, Shandong, Sichuan et Zhejiang. Naturellement, elles sont fortement influencées par le terrain local, la population et les cultures de base qui poussent dans chaque région.

3. Le peuple Miao et ses coutumes


En Chine, il y a 56 minorités, dont le peuple Miao, vivant essentiellement dans la province de Guizhou.

 

Les hommes et les femmes Miao portent habituellement des vêtements colorés, entièrement brodés. Ils utilisent la broderie, le tissage et le batik pour confectionner leurs tenues. Ils sont amateurs de coiffes. Les coiffes de mariage sont constituées d’un bonnet cylindrique et sont généralement portées par les jeunes filles Miao.

 

Le pourtour de ces coiffes est décoré de broderies de soie et souvent d’un brin de laine. Le sommet du bonnet est plissé et doté d’une fente afin d’y laisser passer la tige d’argent qui est à la base de l’ornement métallique en forme de croissant. Pour les fêtes et les mariages, les jeunes filles Miao se parent de leurs bijoux en argent.

Une visite dans la seule boutique de Miao à Odéon nous permet d'avoir un aperçu de ce peuple chaleureux !

4. Le Café Flore et l'ancien Premier ministre Zhou Enlai


Le Café Flore est un lieu mondain de rencontres.

 

En 1923, le jeune Zhou Enlai séjournait à Paris en tant que correspondant pour plusieurs journaux chinois. Il aimait fréquenter ce magnifique café pour prendre le pouls de la société française.

 

Il a laissé une histoire croustillante avec le serveur de ce célèbre café ! 

5. ZAO Wouki, une vie de peintre à Paris

Zao Wou-Ki est né le 13 février 1921 à Pékin. Il passe son enfance à étudier la calligraphie, puis de 1935 à 1941 la peinture chinoise et occidentale à l'École des beaux-arts de Hangzhou, où il est professeur de 1941 à 1947.

 

À 27 ans, en 1948, il part pour la France. Il s'installe à Montparnasse, Paris et suit les cours d'Émile Othon Friesz à l'Académie de la Grande-Chaumière. 

En 1964, Zao Wou-Ki est naturalisé français grâce à André Malraux. En 1980, il est nommé professeur de peinture murale à l'École Nationale Supérieure des arts Décoratifs. 

 

Sa peinture, un temps influencée par Paul Klee, s'oriente vers l'abstrait. Ses toiles portent désormais pour titre la date de leur achèvement. Des masses colorées donnent corps à un monde en création, sorte de big bang originel, où la lumière structure la toile. 

 

Zao Wou-Ki est l'un des plus illustres représentants de l'abstraction lyrique. A travers son œuvre, il réussit la synthèse entre les moyens techniques de son héritage extrême oriental, et l'ambition plastique et poétique de l'abstraction lyrique occidentale.

Ancre 1

Le conférencier

Ancre 1

Conférencier Jérémie NI

Jérémie Ni est un fin observateur de l'industrie des voitures électriques chinoises. Chargé de cours sur ce sujet à Mines ParisTech, l'IFP, l'ESSEC et Dauphine depuis plus de 10 ans, il possède une compréhension solide de ce secteur. Il est aussi le fondateur du centre de formation Chine à Paris

bottom of page