top of page

La balade à Montmartre Paris 18

Les dates :
Le samedi 7/9/2024 à 15:00
Le dimanche 8/9/2024 à 15:00

Le samedi  21/9/2024 à 15:00

Le dimanche 22/9/2024 à 15:00​

Lieu de rendez vous 

La colline de Montmartre

Impossible d’ignorer la colline de Montmartre. La basilique du Sacré-Cœur domine la ville depuis sa hauteur. Elle attire les visiteurs mais, qui connaît son histoire, ces recoins qui ont inspiré tant d’artistes et qui en ont fait un des lieux incontournables de Paris ?

Carrière romaine dans un premier temps, elle devient ensuite le mont des martyres – Montmartre – lieu de pèlerinage en honneur à saint Denis, victime de la période de persécutions antichrétiennes. L’abbaye des Dames de Montmartre s’y installe au XIIe siècle, entourée de vignes. Elle s’y maintient jusqu’à la Révolution, où l’édifice est démantelé. La colline demeure cependant un haut lieu de spiritualité.

A partir de 1860, Montmartre devient un arrondissement de Paris. La fin du siècle est mouvementée[1]. En 1872, l’archevêque de Paris approuve le vœu, qui avait déjà été prononcé en 1870, de construire une église à Montmartre, en « réparation » – pour faire pénitence pour les infidélités et les péchés commis. Les malheurs de la France proviendraient-ils de causes spirituelles bien plus que politiques ?

 

Mais Montmartre est bien plus que cela. Les artistes colonisent la butte : Corot, Géricault, Renoir, Degas, Cézanne, Apollinaire, Juan Gris, Vlaminck, Braque Picasso…Des célébrités sont nées dans le quartier : Jean Gabin, André Malraux, Jean Renoir. Dalida est particulièrement appréciée.

Assurément, la colline de Montmartre vaut le détour. Nous suivrons le fil des créateurs, des artistes et peintres attachés à ses hauteurs, avant de nous laisser porter par la musique de piano, évocation de la promenade, une tasse de café à la main. Chopin, Schubert, ou encore Debussy seront au rendez-vous.tion.

Le parcours

1. Basilique du Sacré-Cœur

La première pierre est posée en 1875 mais le désir de bâtir émerge au début des années 1870. L’édifice répond au vœu d’expier les péchés.

 

Le culte du Sacré-Cœur n’est pas nouveau. Lui accorder une telle place lui donne une visibilité accrue. Le style architectural est éclectique. Il rassemble les grandes gloires de la nation – saint Louis, Jeanne d’Arc – et accorde la plus grande place à Jésus, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

 

C’est le point de départ de la promenade : il est historique, artistique, spirituel. Ces trois volets rendent une image fidèle de la France au tournant du XIXe au XXe siècle. La suite de la promenade prend une tournure plus artistique.
 

2.    Place du Tertre

On ne présente plus la place du Tertre. Elle est mondialement connue, un des lieux les plus visités de Paris. Les artistes dressent leur chevalet et proposent leurs œuvres au passant. Toulouse-Lautrec, Picasso, Modigliani, Poulbot…

Louis Renault entreprend la montée de la rue Lepic, jusqu’à la place, à la veille de Noel 1898. C’est un lieu emblématique.

3.    Espace Montmartre (Dali) et Musée Montmartre (Renoir)

 

Quelques musées se trouvent sur le parcours mais nous restons fidèles à notre promenade, dehors..

4. La maison rose

Le peintre catalan Ramon Pichot – ami de Dali et de Picasso – achète la maison et s’en sert comme atelier. Son épouse, Germaine Gargallo, modèle de peintre aussi, décide de peindre la maison en rose, en 1908 : elle prend le nom de « Maison Rose ».

 

Cabaret après la Seconde Guerre mondiale, la maison devient restaurant en 1948. Artistes et chansonniers s’y rendent, Camus, Dalida… Restaurant toujours.
 

5. Le Clos Montmartre

1700 pieds de vigne occupent le clos de Montmartre, vendangés chaque année, au cours d’une fête.

Réminiscence des vignes de l’Abbaye de Montmartre, XIIe siècle, bien plus étendues. L’annexion à la ville de Paris réduit la surface considérablement, jusqu’à disparaître. Les vignes reviennent en 1933. Elles rappellent que le quartier était un village près de Paris, ce qui contraste avec les bars fréquentés par les artistes..

6. Le Lapin Agile


Cabaret de Paris, au 22 rue des Saules, en contrebas des vignes, lieu de rencontre de la bohème artistique du début du XXe siècle : Max Jacob, Pablo Picasso, Blaise Cendrars, à la fin du XIXe siècle, le local porte le nom Cabaret des Assassins, parce que sont accrochés au mur des portraits d’assassins célèbres : Ravaillac. Le nom change et est mal compris.


Mais c’est surtout le nom qui intrigue. L’artiste André Gill peint un lapin habillé chic, avec une casquette, tenant en équilibre sur une casserole. Le Lapin à Gill devient le Lapin Agile
 

7.    Square Suzanne Buisson


Abrite une statue de saint Denis.

 

Au 22, villa-atelier par l’architecte Thiers, 1927, pour un sculpteur. D’autres ateliers Art déco se situent dans l’avenue Junot et remplacent les maisonnettes en planches qui existaient auparavant.
 

8.    Le Passe-Muraille
 

Place Marcel Aymé. Le Passe-muraille, d’après la nouvelle fantastique, écrite en 1941. L’action de la nouvelle se déroule souvent à Montmartre, lieu de résidence de l’écrivain.
 

9.    Maison Tzara
 

15 avenue Junot. Architecte Adolf Loos (1926).


En 1926, le poète dada Tristan Tzara fait construire par l’architecte autrichien Adolf Loos une maison qui lui ressemble : qui transpire l’essence de l’architecture moderne, faite non pas de la beauté des éléments qui composent le bâtiment mais de la beauté des formes pures et par le rapport entretenu entre les volumes. Voir le contraste entre les deux étages…
 

Un mot sur le dadaisme…

10.    Villa Léandre


Maison ombragées et verdoyantes. Très beau ! 
 

La rue porte le nom d’un caricaturiste de Montmartre, Charles Léandre.

11. Le Moulin de la Galette. Moulins de Montmartre

Au sommet de la butte de Montmartre, une quinzaine de moulins broyaient du grain, du plâtre, de la pierre, des oignons… Le dernier a être construit date de 1834. Il n’en reste plus que deux aujourd’hui : le Radet (1834) et le Blute-Fin, tous deux rassemblés sous le nom de Moulin de la Galette. 
 

En 1834, le Blute-Fin ajoute des activités de guinguette et prend le nom de Moulin de la Galette. L’enseigne est transférée en 1870 au Radet. Des artistes ont fréquenté le moulin et ont laissé des tableaux célèbres : Auguste Renoir, Ramon Casas, Vincent Van Gogh, Toulouse-Lautrec…  

12. Grain Montmartre. PIANO

 

Au programme :
-    Chopin
-    Liszt
-    Berlioz
-    Poulenc

 

Et quelques surprises…

Ancre 1

La conférencière : Mme. Mercè PRATS

Phd d'histoire de la religion française

Pianiste

bottom of page